Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 avril 2010

Satory a aussi son "mur des fédérés" ...

IMG_0199.jpgIl y a 10 jours, direction Satory ... avec comme but de la ballade la plaque commémorant l'exécution de communards. Une petite plaque, difficile à trouver tant elle est discrète ! Un groupe de militaires, qui habitent pourtant là depuis 20 ans nous disent-ils, n'en a jamais entendu parler ... Heureusement nous savons que ce "mur des fédérés" est proche de l'étang de la Martinière. Nous le trouverons au bout de l'avenue Guichard, juste à côté de la réserve d'eau ...

 

Tout le monde connaît la "semaine sanglante" de mai 1871, et les exécutions sommaires opérées à travers Paris par les soldats versaillais, les communards fusillés sur-le-champ, au pied des barricades, et la vingtaine de "cours prévôtales" qui jugent hâtivement les hommes et les femmes pris les armes à la main et les font fusiller sur place. ... Thiers télégraphiera le 29 mai aux préfets à propos des Parisiens insurgés : "Le sol est jonché de leurs cadavres ; ce spectacle affreux servira de leçon" !

girardet_Louise Michel à Satory.pngOn connaît moins la " terreur tricolore " qui suit : En quelques jours, fin mai/début juin, les troupes de Mac-Mahon raflent plus de 40 000 prisonniers qui sont parqués en divers lieux improvisés à Versailles, dans les casernes, les dépôts et les maisons d'arrêt, à l'Orangerie ou aux Écuries du château. Parmi eux, Louise Michel, arrêtée le 24 mai, et qui restera au camp de Satory jusqu'en septembre, où elle est alors transférée à la prison d'Arras.

Durant le voyage il y a des exécutions, malgré les ordres de Mac-Mahon : "Quand les hommes rendent leurs armes, on ne doit pas les fusiller... cela était admis. Malheureusement, sur certains points on a oublié les instructions que j'avais données". Le 31 mai, un journaliste raconte que, devant lui, le général De Galliffet fait abattre 83 hommes et 12 femmes. Galliffet déclare "Dimanche matin, sur plus de 2 000 fédérés, 111 d'entres eux ont été fusillés et ce, dans des conditions qui démontrent que la victoire était entrée dans toute la maturité de la situation". Sa férocité envers les insurgés lui vaudra le surnom de "Marquis aux talons rouges"

De très nombreux témoignages racontent que durant le trajet les prisonniers sont injuriés et battus par des habitants de Versailles, sans que les soldats escorteurs n'interviennent. Le bilan officiel, rapporté par le général Appert devant l'Assemblée nationale en 1875, fait état de 43 522 arrestations, parmi lesquels 819 femmes et 538 enfants. On en relâche près de 7 700 qui avaient été arrêtés par erreur !

Au camp de Satory, le calvaire continue: aucune hygiène, peu de soins pour les blessés, les épidémies se développent. On abat même 300 prisonniers pour tentative de fuite dans la nuit du 27 au 28 mai.

courbet_les fédérés aux grandes écuries à versailles.pngC'est le spectacle de ces hommes et de ces femmes entassés les uns avec les autres, et qui vécurent plusieurs mois sans abri ni soin, que dessine Gustave Courbet sur l'une des pages du carnet de croquis au fusain où il a consigné quelques scènes de la Commune et de sa répression.

Un grand nombre meurent de maladie, de blessures ou sont abattus et inhumés sur place, entre l'étang de la Martinière et le "Mur des Fédérés" où subsiste une fosse commune à l'emplacement de laquelle une plaque commémorative a été apposée.

 

De sa prison Louise Michel écrit le 8 septembre 1871 :

 

À mes frères


Passez, passez, heures, journées !

Que l'herbe pousse sur les morts !

Tombez, choses à peine nées ;

Vaisseaux, éloignez-vous des ports ;

Passez, passez, ô nuits profondes.

Emiettez-vous, ô vieux monts ;

Des cachots, des tombes, des ondes.

Proscrits ou morts nous reviendrons.

Nous reviendrons, foule sans nombre ;

Nous reviendrons par tous les chemins,

Spectres vengeurs sortant de l'ombre.

Nous viendrons, nous serrant les mains,

Les uns dans les pâles suaires,

Les autres encore sanglants,

Pâles, sous les rouges bannières,

Les trous des balles dans leur flanc.

Tout est fini ! Les forts, les braves,

Tous sont tombés, ô mes amis,

Et déjà rampent les esclaves,

Les traîtres et les avilis.

Hier, je vous voyais, mes frères,

Fils du peuple victorieux,

Fiers et vaillants comme nos pères,

Aller, la Marseillaise aux yeux.

Frères, dans la lutte géante,

J'aimais votre courage ardent,

La mitraille rouge et tonnante,

Les bannières flottant au vent.

Sur les flots, par la grande houle,

Il est beau de tenter le sort ;

Le but, c'est de sauver la foule,

La récompense, c'est la mort.

Vieillards sinistres et débiles,

Puisqu'il vous faut tout notre sang,

Versez-en les ondes fertiles,

Buvez tous au rouge océan ;

Et nous, dans nos rouges bannières,

Enveloppons-nous pour mourir ;

Ensemble, dans ces beaux suaires,

On serait bien là pour dormir.

 

Et le 4 octobre 1871, toujours de cette même prison :

 

Les Œillets rouges


Si j'allais au noir cimetière,

Frère, jetez sur votre soeur,

Comme une espérance dernière,

De rouges œillets tout en fleurs.

Dans les derniers temps de l'Empire,

Lorsque le peuple s'éveillait,

Rouge œillet, ce fut ton sourire

Qui nous dit que tout renaissait.

Aujourd'hui, va fleurir dans l'ombre

Des noires et tristes prisons.

Va fleurir près du captif sombre,

Et dis-lui bien que nous l'aimons.

Dis-lui que par le temps rapide

Tout appartient à l'avenir

Que le vainqueur au front livide

Plus que le vaincu peut mourir.

 

 

 

 

versailles_commune_conseil de guerre.pngA Versailles siège un conseil de guerre.

Parmi les prévenus, Théophile Ferré, collaborateur à La Patrie en danger, journal d'Auguste Blanqui, orateur au club des "Défenseurs de la République", et membre du 152e bataillon de la Garde nationale (Montmartre), il est délégué au Comité central républicain des Vingt arrondissements. Il dirige la défense des canons de la Garde nationale qui sert de prétexte au soulèvement du 18 mars 1871 et propose de marcher immédiatement sur Versailles où se trouvent l'Assemblée nationale et le gouvernement Thiers. Le 26 mars, il est élu au Conseil de la Commune par le XVIIIe arrondissement. Il siège à la commission de Sûreté générale, dont il démissionne le 24 avril, mais est immédiatement réélu. Le 1er mai, il est nommé substitut du procureur de la Commune et le 13 mai délégué à la Sûreté générale. Il vote pour la création du Comité de Salut public. Le 24 mai, il donne son consentement pour l'exécution des otages, parmi lesquels se trouve l'archevêque de Paris Georges Darboy. Lors de son procès pour avoir participé à la Commune, les juges du 3e Conseil de guerre veulent lui faire également endosser la responsabilité de l'ordre d'incendie du ministère des Finances, ce qui se révèle inexact. Au cours de ce procès, Ferré refuse de se défendre. Cependant, accablé de calomnies, il rédige une lettre dans laquelle il se défend, mais que le tribunal ne lui permettra pas de lire. Il est condamné à mort le 2 septembre 1871 et exécuté au camp de Satory à Versailles le 28 novembre.

Il est le seul membre de la Commune de Paris condamné à mort et effectivement exécuté. C'est aussi le compagnon de Louise Michel, et le film Louise Michel la rebelle nous la montre écrivant au président de la République pour l'insulter tous les 28 du mois en mémoire de son compagnon.

 

En même temps que Théophile Ferré, est exécuté Louis Rossel. Officier, il est le seul militaire d'importance à avoir participé à l'insurrection. Jugeant que la guerre contre Bismark avait été perdue à cause de l'incompétence de Bazaine et d'autres dirigeants, il a essayé en vain de convaincre Léon Gambetta de continuer le combat. Le 18 mars 1871, quand Paris se soulève, et qu'Adolphe Thiers déplace son nouveau gouvernement à Versailles avec l'armée régulière, il décide alors de rejoindre la Commune de Paris. Il devient chef de la 17e Légion de la Commune, puis Chef d'État-major, et enfin Président de la Cour Martiale mais il démissionne, ulcéré par son manque de moyens et d'écoute. Le Comité de la Commune, allant dans son sens, le nomme Ministre délégué à la Guerre. Pour ne négliger aucune énergie, Rossel fait alors appel aux femmes qui le remercient de son attitude. Mais Rossel se trouve bientôt en butte à l'hostilité de certains membres du Comité du Salut Public et notamment de l'anarchiste Félix Pyat, qui l'accuse d'aspirer à la dictature, alors qu'au contraire Rossel s'y refuse, bien que certains l'y poussent. Alors il démissionne avec éclat mais ne fuit pas la Commune. "Mon prédécesseur, écrit-il, a eu le tort de se débattre au milieu de cette situation absurde. Eclairé par son exemple, sachant que la force d'un révolutionnaire ne consiste que dans la netteté de la situation, j'ai deux lignes à choisir : briser l'obstacle qui entrave mon action ou me retirer. Je ne briserai pas l'obstacle car l'obstacle c'est vous et votre faiblesse ; je ne veux pas attenter à la souveraineté publique. Je me retire et j'ai l'honneur de vous demander une cellule à Mazan." Le jour même, Rossel est arrêté par ordre du Comité de Salut Public et gardé à la questure sous la garde très "souple" et très amicale de Varlin puis Gérardin. La quasi-totalité de la presse prend sa défense. Il faut dire que Rossel défendait fortement la presse libre et avait défendu leur liberté totale alors que la majorité de la Commune avait fait interdire certains journaux. Rossel reste à Paris. Il préfère être "du côté des vaincus, du côté du peuple". Un accident l'empêchant de marcher, il écrit pendant la "semaine sanglante" des notes lucides sur la Commune et sur la société.

Les Versaillais l'arrêtent, le jugent deux fois. Sa famille nîmoise, des étudiants parisiens, des notables de Nîmes, de Metz, de Montauban, des protestants, Victor Hugo, le colonel Pierre Denfert-Rochereau et de nombreux intellectuels le défendent, en vain. Adolphe Thiers propose à Louis Rossel de le gracier s'il s'exile à vie. Il refuse, voulant assumer ses responsabilités, ne voulant pas trahir son pays et ses convictions ni soulager la conscience de Thiers. "Mourir jeune, d'une mort rapide, d'une mort honorable, laisser un nom respecté et un courageux exemple ce n'est pas un sort à plaindre. Ma mort sera cent fois plus utile que ma vie ou qu'aurait été une longue carrière bien remplie. Je ne me plains pas." Il est, lui aussi, fusillé le 28 novembre 1871, à l'âge de vingt-sept ans, au camp de Satory. Le matin de l'exécution, il remet à son pasteur et ami, M. Passa, une lettre qui est son testament politique : "Je vous charge si jamais le parti que j'ai soutenu arrivait au pouvoir et s'il menaçait ses adversaires de sa vengeance, de faire usage de cette lettre pour leur dire qu'à ma dernière heure, je demande instamment à ceux qui ont l'honneur de défendre la liberté, qu'ils ne vengent pas leurs victimes. Ce serait indigne de la liberté et de nous qui sommes morts pour elle. Votre ami dévoué, Louis-Nathaniel Rossel" Son exécution était, pour Adolphe Thiers, motivée politiquement : "Il fallait faire un exemple."

Dans les années qui suivront la répression, naissent des chansons communardes qui seront sauvées par le colportage et la transmission orale

La Complainte de Rossel


Il n'avait pas trente ans, le cœur plein d'espérance

Plein de patriotisme et d'abnégation,

Quand les bourreaux français tranchèrent l'existence

De ce grand citoyen, de ce fier champion.

C'est pour la Commune égorgée

Qu'il est mort frappé par la loi.

Ô Rossel, mon enfant, ta mort sera vengée,

Ô martyr, dors en paix, dors en paix,

La France pense à toi.

On l'a fait fusiller comme un coupable infâme,

Comme s'il eût commis des crimes inouïs,

Ce fier vaillant soldat qui n'avait dans son âme

Que trop d'amour, hélas ! pour son pauvre pays

Il est mort glorieux pour le salut du monde,

Comme le Christ est mort par la main des bourreaux.

Mais son sang généreux vivifie et féconde

Le droit de liberté qu'il défendait si haut.

La République était son amante adorée,

Pour elle, il a donné sa jeunesse et son sang.

Les Français en émoi, la France déchirée

Pleurent avec nous ce fils, pleurent cet innocent.

Adieu, mon fils, adieu. Ton immense infortune

Laisse dans notre cœur un immortel regret.

Mais si le peuple un jour refaisait la Commune,

C'est au nom de Rossel qu'il se soulèverait.

(à écouter sur http://www.deezer.com/fr/music/rosalie-dubois/chants-de-r...)

 

Picchio_la veuve du fusillé.pngL'histoire a aussi gardé le nom du sergent Pierre Bourgeois, surtout parce qu'il est présent dans un photomontage du général Appert, " Exécution de Rossel, Bourgeois, Ferré". Au début de mars 1871, le 45ème de ligne est transféré à Paris pour y assurer le maintien de l'ordre. Les soldats cantonnent dans le jardin du Luxembourg. Le 12 mars, le sergent Bourgeois, en état d'ébriété, terrasse un officier odieux. Emprisonné au Cherche-Midi, il est libéré par les Fédérés, le 21 mars et s'engage dans la garde nationale. Il prend part à quelques combats contre l'armée de Versailles. Pierre Bourgeois réussit à sortir de Paris mais il sera dénoncé et arrêté. Il est condamné à mort par le 2ème Conseil de guerre pour outrages et voies de fait envers un capitaine du génie, port d'armes contre la France en combattant dans les rangs des bataillons fédérés de la garde nationale contre l'armée française.

 

Commune de Paris_002.jpgAu total, vingt-cinq condamnés à mort par le conseil de guerre sont fusillés au petit matin au polygone d'artillerie, situé maintenant au bord de l'autoroute A 86, devant cinq mille hommes de troupe et quelques curieux.

"Quoique le bruit de cette triple exécution ait été répandu, la population est presque restée indifférente au tragique événement qui allait se passer, et c'est à peine si quelques curieux ont cherché à assister à cette lugubre cérémonie.

C'est à 5 heures ce matin que les condamnés ont été prévenus que l'heure fatale arrivait pour eux et à 7 h heures le funèbre cortège sortait de la prison et a suivi, précédé d'un peloton de cuirassiers et escorté de la Gendarmerie à cheval, la rue St Pierre, l'avenue de Paris, l'Avenue de la Mairie, l'avenue de Sceau et l'avenue du Camp.

Les trois condamnés étaient dans une voiture des transports militaires dans laquelle avait pris place Mr PASSAT, pasteur protestant et Mr l'Abbé FOLLET, aumônier des prisons.

Arrivés à 7 heures 20 minutes sur le plateau Satory où se trouvaient réunis le Régiment du Génie et des Détachements des différents corps de l'armée de Versailles, R0SSEL est descendu le premier et s'est immédiatement dirigé, accompagné de Monsieur le Pasteur protestant, vers le lieu de l'exécution et s'est placé au piquet qui lui était destiné et en face duquel se trouvait le peloton d'exécution, BOURGEOIS est venu ensuite assisté de Mr l'Abbé FOLLET, puis FERRE seul entre deux gendarmes.

Ils étaient à peine placés qu'un roulement de tambour s'est fait entendre et, quelques secondes après, les feux des trois pelotons d'exécution annonçaient que justice était faite.

ROSSEL est tombé le premier, la mort a été instantanée; 7 balles dont deux avaient traversé le cœur, l'avaient atteint en pleine poitrine - B0URGEOIS et FERRE avaient été moins bien visés; trois balles seulement, dont les blessures n'étaient pas mortelles, les avaient frappés l'un et l'autre et ils ont dû rece­voir le coup de grâce pour amener la mort. La contenance de ces trois malheureux a été digne; il n'ont pas eu un mutant de faiblesse.

ROSSEL surtout a été d'une convenance qui a fait l'admiration, si on peut se servir de cette expression des témoins les plus rapprochés au moment de l'exécution.

Tous les trois s'étaient d'abord refusés à avoir les yeux bandés, mais sur l'observation qui leur a été faite ROSSEL et BOURGEOIS ont accepté le bandeau. Seul FERRE auprès duquel on n'a pas pu revenir assez tôt, a été frappé sans avoir les yeux couvert. D'un bandeau." (http://lacomune.perso.neuf.fr/pages/Actua2004B23/pageactu... )

 

Ils sont ensuite enterrés dans le cimetière Saint-Louis, dans le carré des suppliciés surnommé poétiquement "l'enclos des rossignols" Ils ont droit à une fosse séparée surmontée d'une croix de bois portant leur nom. Ultérieurement, Ferré sera transféré à Levallois-Perret et Rossel au cimetière protestant de Nîmes. De vives manifestations en sa faveur éclatèrent lorsqu'il y fut enterré. En revanche, la dépouille du sergent Bougeois ne fut réclamée par personne, ses parents étant décédés.

Certains hommes politiques ont rendu hommage à Rossel, tels Charles de Gaulle dans Le Fil de l'épée et Jean-Pierre Chevènement, auteur de "Louis Rossel et la Commune de Paris", et 2 téléfilms retracent sa vie, l'un "Le Destin de Rossel" de Jean Prat avec Sami Frey en 1966 puis "Rossel et la commune de Paris", de Serge Moati d'après le livre de Jean-Pierre Chevènement, avec André Dussolier en 1977.

 

Commentaires

merci pour ces pages. J'ai eu la chance de participer à une visite de Versallles avec un un urbaniste-architecte-historien-humaniste qui avait su nous expliquer tout cela en plus de l'architecture, en particulier devant les Écuries.
La ville nouvelle créée par le Roi-Soleil pour mieux assujettir ses grands féodaux a une histoire bien sombre qu'il ne faut pas oublier : les belles pierres sont tachées de beaucoup de sang.
C'est pourquioi il faut transmettre l'Histoire ; cette visite je l'ai faite avec mon fils ado et il n'a pas oublié (il est né le 28 novembre plus d'un siècle plus tard). Auparavant ma grand'mère parisienne me transmettait ce que ses parents lui avaient raconté...

Écrit par : fanchon | lundi, 03 mai 2010

Merci pour ce travail qui rappel qui il y 130 ans ce sale petit matin de novembre ces hommes sont mort debout.Une leçon pour nous aujourd'hui qui restons à genoux devant le talon de fer des marchés.

Écrit par : Stalin Marc | jeudi, 17 novembre 2011

j'ai fait une fausse manip, j'expliquais que je souhaitais connaitre les liens pour trouver les délibérations de ce 2ème conseil de guerre qui a demandé aux archives de Paris l'acte de naissance reconstitué de mon AGP Léon PLANCHENAUL né en 1854, qui a vécu à Nouméa;
Etait-il communard et condamné en tant que mineur? Fusillait-on les mineurs? Où retrouver trace des jugements de ce 2ème conseil de guerre vers 1876?
merci à ceux qui ont une idée

Écrit par : planchenault | samedi, 25 février 2012

Avez vous contacté l'IREL http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/ qui conserve toutes les archives de l'Outremer ?
Sinon, je ne sais vraiment pas, je ne suis qu'une néophyte !
Bonne recherche ... et si vous trouvez une piste, racontez-moi ...

Écrit par : Dominique | dimanche, 26 février 2012

je vous ajoute un lien vers un article où il semble qu'on puisse trouver des listes de déportés de chaque convoi sur le site de l'IREL http://www.bernard-guinard.com/arcticles%20divers/Convois%20de%20deportes/Convois_de_deportes.html

Écrit par : Dominique | dimanche, 26 février 2012

Écrire un commentaire